Elle cultive son jardin à Gavarnie

Classé dans : Revue de presse | 0

ladepeche.fr – Garde au Parc National des Pyrénées, Carine Marfaing fait également découvrir l’exceptionnelle richesse de la flore pyrénéenne, au pied du cirque de Gavarnie. Connaître, faire connaître et protéger: les trois piliers d’un métier qui la passionne.

Gavarnie ? Même Victor Hugo a été impressionné. Vous dire. Rien moins que « Dieu », en titre, lorsque le poète évoque le cirque, « colisée inouïe du chaos ». Seulement voilà… à force d’admirer les yeux levés – et à juste titre – le grandiose du site, désormais classé au patrimoine mondial de l’humanité… on en oublie l’autre trésor de Gavarnie. Celui qui pousse à ses pieds. Et dont les noms sont autant de promesses poétiques, comme Carine Marfaing vous révèle « la ramonde, le lys ou la rhynante »… Les fleurs des Pyrénées qui constellent le socle de notre monument.

Carine ? Gabarit discret et gestes délicats dès qu’il s’agit de vous détailler une corolle ou d’écarter un insecte par trop aventureux sur sa main… Carine, donc, c’est alors un peu l’antithèse tout en douceur du géant qu’elle veille en tant que garde du Parc National des Pyrénées. Une jeune femme qui connaît et partage avec les groupes qu’elle accompagne les petits secrets du « Microcosmos » des prairies, pas moins passionnantes à observer que l’écrasant cirque qui les domine.

Fleur tenue entre deux doigts, elle fait ainsi les présentations au gré des haltes : « le trèfle des Alpes, aussi appelé « réglisse », à cause du goût de sa racine » ; « l’ombellifère en forme d’ombrelle, comme son nom l’indique » ou « la stellaire »… Mais elle ne se contente pas d’énumérer.

Lire l’article en entier

Suivre XavierA:

XavierA est le concepteur de ce site. Il passe beaucoup de temps dans les Pyrénées pour faire des randonnées mais aussi du vtt ou du trail.

Articles récents de

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *